témoignages

C’est ainsi que l’aventure a commencé pour moi

J’ai découvert la lecture labiale grâce aux conseils de mon médecin de famille.

Et voilà, c’est ainsi que l’aventure a commencé pour moi.

Deux heures par mois, c’est peu pour qui veut progresser mais il y a des solutions.

Je dis aventure car, avec Marie Thé, c’est toujours une nouvelle découverte qu’elle nous fait partager. Nous visitons de nouveaux endroits, découvrons des animaux quelquefois insolites.

Mais, et c’est le bonheur, cela me permet de rencontrer d’autres personnes qui apprennent à lire sur les lèvres. C’est tout simplement magnifique car nous partageons des moments de vie intenses.

J’ai découvert des gens plein de joie de vivre et de courage aussi. Et puis les difficultés que l’on croyait insurmontables, nous paraissent tout à coup moins  difficiles, surtout et grâce à Marie-Thé qui sait si bien créer cette atmosphère pleine de gentillesse et d’amitiés.

Vous êtes malentendant et vous ne connaissez pas la lecture labiale? Alors venez nous rejoindre et découvrez vous aussi des solutions à votre handicap.

Amicalement à vous.

Je reviens d’un cours de lecture labiale

A qui voulait l’entendre, je disais : «  Je ne me fais aucune illusion!Je ne crois pas que ce cours m’aidera beaucoup ! »

Bien sûr, je voulais éviter toute déception ! Mais, dès la première minute de ma malentendance, il y a 20 ans, j’ai entendu de la bouche des médecins : « On ne peut rien faire ! »

Eh bien non ! Pas du tout ! Aucune désillusion ! J’ai appris beaucoup en faisant de petites expériences, qui me porteront à avancer.

J’ai aimé d’abord l’ambiance chaleureuse du groupe, l’acceptation inconditionnelle de chacun. J’ai remarqué qu’il y a autant de malentendance que de malentendants. Chaque cas est unique ! Pourtant quelque chose un-je-ne -sais-quoi de malentendance nous unis.

J’ai admiré les deux animatrices, Mmes Anne-Marie Pont et Marie-Thé Sangsue, pour leur patience, leurs savoirs professionnels et leur créativité !

Pas une seule fois, je me suis ennuyée ! Les thèmes choisis étaient intéressants, pleins de fantaisie, de créativité, d’intelligence !

Quelle satisfaction de découvrir sur les lèvres l’histoire de l’Australie… avec sa lutte contre l’invasion des lapins ! Quel plaisir de finir l’histoire du chocolat par une recette de gâteau ! Quel bonheur de déchiffrer un poème de Prévert !

On a passé en revue les dates, les nombres, tout cela d’une manière ludique. J’ai appris qu’il était important d’exercer la mémoire… Nous, les malentendants, on a l’habitude de laisser reposer notre cerveau : au contact avec les autres, à cause de la suppléance, on lui fait faire de gros efforts ! Alors, seul, on se ferme,, on met au repos notre cerveau… et si ce dernier n’est pas stimulé, il perd son potentiel !

J’ai appris donc qu’il vaut la peine par de petits exercices, tout simples, dans la vie courante, d’exercer sa mémoire…

La lecture labiale fait appel à la mémoire : se rappeler les mouvements des lèvres et se souvenir de ce que l’on nous a appris pendant les cours ! On a exercé notre mémoire en jouant des « memories » !

Cette semaine, j’ai aussi découvert l’importance de l’observation. On sait qu’un bon pourcentage de la communication est non-verbal ! J’ai appris la leçon de ne plus me focaliser sur ma malentendance, mais « observer , c’est entendre autrement ! »

Et encore, tous les matins, on a fait de la « gymnastique », de l’entrainement auditif… Magnifique ! On a été « coaché » à entendre dans le bruit, et à exercer de reconnaitre des bruits de la vie quotidienne !

J’étais venue à ce cours avec l’idée « on ne peut rien faire »… je suis repartie avec du « pain sur la planche », du travail à faire, un chemin à poursuivre !

On peut s’entrainer à lire mieux sur les lèvres, à passer du mode « passif-négatif » au mode « actif-positif ».

On peut améliorer sa mémoire, son sens de l’observation.

On peut s’exercer à entendre mieux dans le bruit !

On peut vivre mieux avec sa malentendance.

Tous les efforts valent la peine d’être faits ! J’en ai la conviction. Pour moi, il s’agit d’une prise de conscience vraiment importante ! Voilà, les cadeaux que j’ai reçus durant cette semaine de cours. J’en suis profondément reconnaissante.

Nous sommes mercredi, je sors de notre cours hebdomadaire…

Et oui, j’éprouve de nombreux sentiments contradictoires !!!

  • D’abord, c’est inconfortable de mal entendre et c’est déprimant de ne pas comprendre lorsque plusieurs personnes parlent autour de nous.
  • Le 1er réflexe est de s’isoler pour fuir les efforts que nécessitent les rencontres en société
  • Et la lecture labiale, ce n’est pas facile, surtout que j’éprouve une gêne à regarder attentivement la bouche des gens qui me parlent.

Allons ! va ! Le cours est toujours sympa !

On se retrouve avec des personnes qui ont ce même problème et l’on se comprend.

Mais surtout, on se confie à des enseignantes (oui, parce que je n’ai encore jamais eu d’enseignants) qui nous réconfortent. Au-delà d’un travail didactique adapté et profitable, elle savent y apporter une note ludique et même récréative.

On finit pas bien se connaitre et trouver dans nos réunions, des vrais moments de réconfort .

Eh ! les enseignantes ! Toutes, vous savez nous faire du bien et j’aime votre compagnie. Maintenant je connais votre bouche et j’y découvre ce que vous nous dites…

Oh ! les confusions ! … Mais oui, plusieurs mots ont la même image labiale.Et c’est une occasion d’en rire !

Par contre, dans ma contradiction, il y a toujours le désir de revenir au cours !

 

Merci Mesdames les enseignantes !

Un cours de lecture labiale d’un week-end vient d’avoir lieu à Crêt-Bérard, avec une dizaine de participants. Les débutants avec Mme Pont, les avancés avec Mme Kumar. Avec cette dernière nous avons approfondi nos connaissances sur les bois, papiers, pierres précieuses et fines, Pierres célèbres.

Mais en nous exerçant à lire sur les lèvres on s’amuse aussi, et quand Claudine étale sur la table planchettes, cailloux et diverses têtes en tous genres, autant de traquenards, elle épie nos erreurs de son œil bleu malicieux et perspicace. Crêt-Bérard est un havre de paix. Il fait bon y travailler et, entre les cours, les petites tables rondes du salon sont propices aux échanges amicaux. Ceux qui préfèrent se promener trouvent leur compte dans les bois environnants. Cette année des stagiaires, que nous espérons futures enseignantes en LL, ont suivi nos cours, encadrées par Mme Sangsue. Elles se sont déclarées fatiguées et ont beaucoup admiré les malentendants dans leurs efforts !

Un grand merci mesdames les enseignantes… nous avons eu beaucoup de plaisir à essayer de vous comprendre…. sans vous entendre.

L’envie de progresser

Cette semaine de cours intensif de lecture labiale à Charmey, du 4 au 9 novembre 2012, a été magnifique.

Les 3 monitrices ont su créer une ambiance vraiment sympathique et chaleureuse parmi les participants. Je suis époustouflée de voir le travail qu’elles fournissent pour préparer les cours.

En une semaine j’ai l’impression d’avoir fait des progrès en lecture labiale et surtout l’envie de continuer à progresser.

Lutter contre l’enfermement

Le cours intensif de lecture labiale à Charmey a duré du dimanche 4 novembre au vendredi 9 novembre. Nous étions une vingtaine, répartis en trois groupes, deux pour participants ayant déjà une bonne connaissance de lecture labiale, un pour débutants.

Psychiquement les cours sont difficiles. Pour les participants, il est toujours douloureux de voir que d’autres comprennent bien ce que soi-même, l’on ne comprend pas. Pour les enseignantes, la patience est mise à rude épreuve ; il faut parfois lutter contre des phases de découragement de certains élèves. Un des problèmes est de faire comprendre aux élèves que les cours ne sont que des rampes de lancement pour se perfectionner pas ses propres moyens à la maison.

Le logement était parfait, la gastronomie aussi. Les conditions d’enseignement, à savoir les salles, la tranquillité, m’ont parfois paru difficiles. L’enseignement comme tel a été parfait. Les deux groupes d’élèves avancés on permuté leur enseignante à mi-chemin pour que les participants puissent travailler avec d’autres manières d’aborder la lecture labiale.

Outre la stimulation pratique qu’offre le cours, la gentillesse des enseignantes et la tolérance entre les participants jouent un rôle énorme. L’accueil est exceptionnellement chaleureux et fait mentir la fable que les sourds sont des gens grincheux. Les fous rires sont fréquents. Chacun est accepté tel qu’il est avec la surdité qui est la sienne.

Je ne puis que recommander chaleureusement ces cours à ceux qui désirent lutter contre l’enfermement qui menace les malentendants.

Il y a toujours quelque chose à apprendre

Habitué des cours intensifs de lecture labiale depuis presque 20 ans, je cherche à acquérir les automatismes par la répétition, année après année. J’aimerais pouvoir tout lire sur les lèvres. J’apprécie que les enseignantes choisissent des thèmes intéressants. Tous les participants sont toujours actifs pendant les leçons/exercices. Je réalise le grand travail de préparation pour les enseignantes.

Ayant fait partie du groupe « pilote », il y a 15 ans environ, je suis heureux de constater que les enseignantes ne perdent rien de leur motivation et enthousiasme.

La lecture labiale est devenue « plus globale » si je peux dire, en développant l’observation et la suppléance mentale que nous exerçons aussi dans les cours.

Il est aussi agréable d’échanger les expériences avec les participant-es au cours, de faire de nouvelles connaissances et de nouer des amitiés, tout en découvrant une belle région de notre pays. C’est bon pour le moral !

J’encourage les conjoint-es à venir participer un jour ou deux. Il y a toujours quelque chose à apprendre.

La surdité isole de la société.

La lecture labiale aide à rétablir le contact.

Des personnes démoralisées, tentées de se replier sur elles-mêmes, trouvent dans ces cours un lieu où :

  • Elles se sentent prises en compte et valorisées
  • Elles vivent la solidarité et l’amitié dans une atmosphère détendue et joyeuse
  • Elles peuvent faire répéter autant de fois que nécessaire, sans qu’aucun signe d’impatience ne se manifeste
  • Face à des enseignantes infiniment patientes, attentionnées, chaleureuses, elles se rendent compte qu’il est encore possible d’avoir une vie sociale de qualité.

Avec mes sincères remerciements !